fbpx

Voilà plusieurs semaines que nous avons adopté un nouveau rythme, imposé par le covid-19. À l’heure où la plupart des pays amorcent leur déconfinement, j’espère que tout se passe bien pour toi et que tu es resté en bonne santé. Je souhaite que ce ralentissement forcé t’ait permis de te reposer. Même s’il y a beaucoup à faire dans les vignes, peut-être as-tu apprécié cette souplesse retrouvée dans ton emploi du temps, tout en restant actif ? C’est ce qui s’est produit pour moi : j’ai compris qu’il m’était possible d’être à la fois détendue et plus productive. Simplement parce que, dans le calme ambiant, même s’il est subi, je suis plus concentrée. Pour mieux comprendre ce phénomène, j’aimerais revenir sur ce coronavirus, le concept de maladie et celui de guérison. Quel cadeau pouvons-nous découvrir au beau milieu de cette crise ?

Le coronavirus ou comment arrive la maladie…

Je te propose de prendre quelques minutes pour réfléchir à tous ces systèmes qui, autour de nous, fonctionnent tant bien que mal. Ces organisations qui forcent leur mécanisme, qui résistent et s’obstinent dans une fuite en avant en dépit de leurs défaillances :

  • Nos systèmes économiques ;
  • Nos systèmes politiques ;
  • Nos systèmes sanitaires ;
  • Nos systèmes scolaires ;
  • Nos systèmes familiaux ;
  • Nos entreprises ;
  • Les interprofessions actives dans le monde du vin ;
  • Les systèmes viticoles conventionnels et BIO ;
  • L’Europe…

Selon moi, la maladie se développe quand un système luttant depuis longtemps contre ses insuffisances se trouve à bout de souffle et que ses membres lancent l’alerte pour faire changer les choses. Tu vois, la maladie est presque inévitable ! Car il est impossible que quoi que ce soit fonctionne ad vitam aeternam sans aucune friction ni résistance.

Tôt ou tard, les dysfonctionnements non solutionnés s’accumulent et créent la maladie. Cette dernière nous oblige à prendre du recul ainsi qu’un temps d’observation pour comprendre le problème.

J’ai beaucoup réfléchi à cette crise du covid-19. Je partage ici mon avis mais t’encourage vivement à forger ta propre opinion. La première question qui me taraude est la suivante : pourquoi laisser des enfants mourir de faim depuis tant d’années sur la planète pour ensuite sur-réagir en quelques semaines seulement face à la menace du coronavirus ?

En réalité, ce virus semble inoffensif envers les très jeunes et s’attaque surtout aux personnes plus âgées et aux malades. Et si l’on observe la situation d’un point de vue plus général encore, on constate qu’elle fragilise les systèmes présentant le nombre de dysfonctionnements le plus élevé ces derniers temps.

Pour moi la conclusion s’est imposée d’elle-même : le coronavirus n’est autre que la maladie du pouvoir dans nos sociétés…

  • Le pouvoir politique ;
  • Le pouvoir économique ;
  • Le pouvoir écologique ;
  • Le pouvoir d’achat (au sens premier du terme) ;
  • Le pouvoir personnel (même remarque).

Qu’en penses-tu ?

Comment enclencher le processus de guérison ?

Je répète depuis bien longtemps que la perversion est la cause principale des dysfonctionnements de nos systèmes passés et actuels. Nous pourrions aussi parler de mensonges ou d’incohérence. La crise du coronavirus peut, elle, se résumer en un seul mot : « scandale » !

Alors comment guérir de cette maladie ? En traquant et révélant les abus de pouvoir puis en prenant progressivement les actions correctives nécessaires au bon fonctionnement de nos organisations. Vous voulez quelques exemples ? Je cite, dans le désordre :

  • Les excès du négoce et de la grande distribution ;
  • Les agricultures intensives toxiques ;
  • Les réglementations trop contraignantes qui bloquent l’emploi agricole ;
  • Les règles européennes incohérentes ;
  • etc.

Je te laisse compléter la liste. Tu verras, cela soulage !

La crise comme la maladie doit être l’occasion d’une purge permettant de nettoyer le système de ses éléments nocifs. Pour y parvenir, rien de tel que la colère… ou une bonne fièvre !

Pour qu’il soit efficace, il importe néanmoins que le cataclysme soit aussi rapide que brutal. Rien de pire qu’une fièvre lancinante, qui n’en finit pas de se prolonger… C’est malheureusement ce qui se dessine aujourd’hui dans de nombreux secteurs du vin (Alsace, Bordeaux) ou de sociétés en France, en Espagne ou en Italie. Non, il est essentiel de lâcher prise rapidement, de dépasser la colère pour commencer à se rétablir aussi vite que possible.

Selon moi, le processus de guérison s’enclenche plus efficacement par une action différente et créative, surprenante et décisive…

Après des années d’expérience, d’échecs instructifs et de succès enthousiasmants, je suis devenue « wine business futurist ». En d’autres termes, j’anticipe le futur en analysant passé et présent, en particulier dans le monde du vin Premium. Voici donc ce que je conseille dans ce domaine.

Crise actuelle et avenir du vin Premium

En préparant cette publication, je lisais un article prospectif paru dans un magazine à destination des professionnels du vin. Le texte expliquait qu’au-delà de l’épiphénomène des “apéro Skype”, les ventes de vin allaient pâtir de la crise provoquée par le covid-19. C’est sans doute vrai, au moins partiellement. Certaines entreprises liées à la grande distribution ou à l’ancien modèle (place de Bordeaux) résistent au changement depuis quelques années déjà. Cette soudaine récession pourrait bien précipiter leur chute.

Cela fait longtemps maintenant que je prévois une phase de chaos puis l’émergence d’un courant favorisant une agriculture locale et qualitative qui place les vignerons talentueux au sommet de la tendance. Nous y voilà. Pour eux dont le monde du vin ne reconnaissait pas le savoir-faire, l’âge d’or est tout proche, à condition d’en prendre conscience et de poser dès à présent les bonnes actions.

Rien ne se perd, tout se transforme…

Quel avenir pour le vin Premium ?

Cette crise devrait nous libérer de ces millions d’hectolitres assemblés et réassemblés que certains producteurs ont dépourvus de leur âme pour les ajuster aux cases tarifaires imposées par les acheteurs de la grande distribution. Elle devrait nous affranchir des interprofessions et de leurs abus de pouvoir.

La crise devrait surtout offrir une audience sans précédent aux vignerons talentueux qui, dans cette nouvelle ère, bénéficieront d’une reconnaissance exponentielle de leurs vins Premium. Ce sera le début de l’abondance.

D’ailleurs, avez-vous remarqué l’évolution de la place du vin sur Internet ? Bien sûr, on y parle beaucoup du coronavirus. Mais les sujets humoristiques liés au vin n’ont jamais été aussi nombreux. Son invitation au partage et au lâcher-prise lorsqu’il est goûté avec intelligence et délicatesse…

Comme si l’âme du vin devenait le parfait antidote contre les maladies des temps modernes…

Comment faire concrètement ?

Comment emprunter concrètement le chemin de cette guérison et changer ce qui doit l’être ? Comment affirmer son propre pouvoir créateur en toute cohérence et dans le respect de la vérité ? Comment réveiller l’âme de son vin et la diffuser le plus largement possible vers tous ceux qui ont soif de qualité et de nectars authentiques ?

Ce n’est plus un secret, je conseille l’utilisation d’Internet pour transformer le vigneron talentueux en une véritable star dans son domaine. Je préconise de sortir des systèmes d’appellations et de se passer d’intermédiaires pour mieux vendre son vin. Tout un programme ! C’est en réalité une suite logique de petites actions quotidiennes te permettant de révéler au monde ton super-pouvoir de vigneron.

Tu veux préparer la sortie de crise, gagner du temps et prospérer ?

Je te propose alors de nous rejoindre dans le Club des Vignerons de Talent. Nous y appliquons notre propre processus de guérison qui consiste à :

  1. Réveiller l’âme de notre vin ;
  2. Se lancer le défi de trouver un importateur en une semaine ;
  3. Poser un filet pour dénicher et convaincre un nouvel importateur chaque mois.

Je respecte tous les choix et ne juge personne. Tu seras le bienvenu si tu décides de passer à l’action et de nous retrouver. À toi de voir !

En attendant, n’hésite pas à me suivre sur Instagram : nous sommes nombreux et l’ambiance est sympathique !

Je t’offre également 2 cadeaux qui, je l’espère, te donneront de l’inspiration…

  • 1er cadeau : mon 3e livre, 20 astuces pour mieux vendre son vin, entièrement gratuit et livré chez toi sans aucun frais. L’ouvrage résume mes 15 ans d’expérience dans la vente du vin Premium, j’espère donc que tu le liras jusqu’au bout !
  • 2e cadeau : l’audio magique. C’est une bande son de 5 minutes à écouter régulièrement pour acquérir l’état d’esprit d’un gagnant, ce qui, reconnaissons-le, est plutôt utile dans la période actuelle ! Son prix habituel est de 49 euros mais j’ai décidé de l’offrir pour 1 euro symbolique afin d’aider le plus grand nombre de vignerons à retrouver confiance.

Je te souhaite un avenir radieux, n’oublie pas que cette crise peut servir d’accélérateur pour atteindre ton âge d’or…

Cheers,

Galatée