Canicule, orages de grêle, gels de printemps, maladies et insectes exotiques, autant de menaces engendrées par le spectre d’une élévation générale des températures. Doit-on craindre un éventuel impact du réchauffement climatique sur le vin ? La question a fait débat lors du salon ProWein de début d’année. Elle en soulève une autre pour moi, plus critique, dont je te parle dans ce qui suit.

Les impacts possibles d’un réchauffement climatique

En tant que vigneron compétent et attaché à ton vignoble, tu redoutes probablement les colères de la nature. Tu as appris à protéger ta vigne même si certains dégâts ne peuvent pas être évités. Mais un changement climatique potentiel n’a-t-il d’incidence que sur la météo ?

Certains parlent d’une diminution des surfaces viticoles dans le sud et d’une refonte de la carte des cépages. Mais ce sont surtout les répercussions sur la qualité intrinsèque du vin que craignent tous ceux que le réchauffement climatique inquiète.

Outre des périodes de sécheresse plus fréquentes et des intempéries plus violentes, une augmentation des températures aurait un impact sur le calendrier. Floraison et vendange pourraient s’en trouver avancées. Un ensoleillement plus intense conduirait à une augmentation plus rapide du taux de sucre dans les grains de raisin. Et par voie de conséquence à un titre d’alcool plus élevé, donc à des vendanges anticipées, une acidité plus faible, une structure tannique différente, etc.

En bref, le profil du vin lui-même serait modifié. Peu à peu, le réchauffement climatique atténueraient les différences entre les terroirs et la richesse de notre patrimoine viticole.

Je comprends que cela te préoccupe.

Un enjeu plus évident et immédiat

Cela fait longtemps que je me penche sur le sujet et mon premier article date de plus de quatre ans. Le système actuel n’a de cesse de nous culpabiliser. Pourtant aucune étude scientifique valable n’est parvenue à prouver le réchauffement climatique de façon crédible. En vérité, les chiffres avancés sur le phénomène à long terme sont plutôt fantaisistes.

Personnellement je pense que le climat évolue par cycles. Selon moi, seul le soleil a suffisamment de puissance pour nous affecter par ses variations d’activité.

Cependant je ne nie pas que l’homme ait un impact négatif sur son environnement. Il suffit de constater l’état de nos plages ou de nos campagnes. Elles sont trop souvent jonchées de détritus. Les enfants et moi les ramassons à chaque balade. Toi aussi peut-être ?

La pollution engendrée par la surconsommation d’emballages est visible et bien réelle. La chasse au plastique est pour moi bien plus utile à l’écologie de notre planète que ces interrogations à propos de la température générale.

Comme les mots ne servent à rien s’ils ne sont pas suivis d’action, je travaille depuis deux ans sur un emballage adapté aux vins premium, 100% recyclable et aux propriétés étonnantes :

1 container de ces néo-emballages écologiques équivaut à 32 containers de bouteilles classiques !

Protéger ton vin, c’est aussi préserver la nature, et tu aimerais en savoir plus ? Reste avec moi. Je te donne plus de détails très prochainement sur ce blog. Bienvenue dans une ère nouvelle pour le vin et les vignerons talentueux !

Galatée