La prospection, tu n’aimes pas ça ? Je ne suis pas étonnée. Vendre son vin n’est pas un exercice facile et impose de savoir faire face aux critiques négatives. Tôt ou tard, tu te trouves exposé à des rejets. Certains clients sont prêts à inventer n’importe quel prétexte et à dénigrer ton travail plutôt que d’en payer le prix. Ils en deviennent blessants et tu te sens humilié. Alors, la vente, tu n’as pas envie d’y retourner. C’est pourtant une étape incontournable que tu ne devrais pas négliger…

L’impact des critiques négatives

Être un vigneron de talent, produire un vin de qualité Premium, c’est un peu comme entrer en cocréation avec la terre et la nature. C’est faire œuvre d’artiste.

Et comme tout artiste, tu es souvent hypersensible et particulièrement vulnérable face aux avis négatifs. Lorsqu’en plus, ils te paraissent injustifiés, c’est un désastre. Tu rentres dans ta coquille. Impossible de te résigner à la bêtise de certains « mauvais clients » qui ne tentent même pas de comprendre ta démarche.

Cette réaction est bien compréhensible. Le problème est qu’elle t’enferme dans un processus néfaste pour tes ventes et ton activité.

Le découragement t’empêche de te présenter sous ton meilleur jour. Tu n’écoutes plus les prospects et finis même par repousser ceux qui aimeraient acheter tes vins Premium. Le fait est que tu es paralysé par la peur de subir un autre refus ou une nouvelle humiliation. Peut-on employer le terme de « burn-out de la vente » ? Tu n’en es pas loin.

Tu adoptes alors une attitude passive. Tu hantes les salons et attends patiemment sur un stand, la posture fermée, sans oser regarder les visiteurs dans les yeux.

Mais le coup de chance ne viendra pas et les amateurs de bons crus ne sauront jamais ce qu’ils ratent.

Stop ! Ne te laisse pas démotiver !

Voir le verre à moitié vide t’empêche d’en savourer le contenu. Et c’est bien dommage. Car de temps en temps, tu rencontres une personne merveilleuse qui comprend ton vin rien qu’en le goûtant. Nul besoin d’explications interminables.

La magie est de retour et tu retrouves ton allant. L’échange commercial comporte à nouveau ce côté humain, indispensable. N’oublie pas ces jolies rencontres : elles sont le meilleur remède contre les critiques non constructives.

Par ailleurs, d’autres vignerons (et moi la première) ont déjà connu les mêmes blocages et sont parvenus à les désamorcer. Ils ont renoué avec le plaisir de transmettre leur message et ont dopé leurs ventes ! Internet est un outil de communication puissant : pars à la recherche de ces passionnés dont l’expérience peut t’être tant utile.

Je te propose d’ailleurs la possibilité de découvrir notre club : nous t’aiderons à dépasser la vision traditionnelle de la vente et repousser les limites qui te freinent aujourd’hui.

Qu’en dis-tu ? Tu as déjà connu ces passages à vide ? Raconte-nous dans les commentaires.

Et puis… Ne te laisse pas démotiver, rejoins-nous !

Galatée