fbpx

Tous les ans, la même histoire se répète à l’automne : c’est le sprint des vendanges, puis vient la période de vinification, et puis celle des vins nouveaux, les fêtes, etc. Tu es vigneron, je suis certaine que tu connais ça par cœur. Une course folle qui, à chaque saison, trouve un nouveau prétexte pour se relancer et ne jamais te laisser le moindre répit. Produire un bon vin, ça prend du temps. Pourquoi donc tant de professionnels travaillent-ils dans une urgence permanente ? Je te révèle dans cet article le secret des rares vignerons qui ont le temps… car ils ont su le créer.

Le syndrome de l’expert

Quelle est la situation actuelle de nombreux vignerons ?

Dès que l’on tente de les contacter, les professionnels du vin, du Champagne ou des spiritueux Premium nous font la même réponse : ils n’ont pas le temps !

Ils sont pris dans un engrenage de tâches répétitives qui se succèdent à un rythme infernal. Normal, ils souffrent du syndrome de l’expert : « eux seuls savent, eux seuls peuvent faire… » Nulle d’arrogance ici, mais le besoin irrépressible de tout maîtriser… Bien souvent ces professionnels ont subi un accident de parcours qui les a sérieusement amochés, qu’il s’agisse d’un désastre climatique, d’un problème de santé ou d’un divorce.

Ceux qui survivent pendant 20 ans à un tel fonctionnement doivent être aussi forts que Rambo ou Lara Croft ! Mieux vaut en rire, n’est-ce pas ? Pardon d’être directe, mais le fait de dire les choses telles qu’elles sont permet de s’attaquer aux difficultés en profondeur.

Même aujourd’hui, alors que l’habituel cortège de salons s’est trouvé annulé par la crise sanitaire, la plupart des vignerons n’ont toujours pas le temps. J’ai longtemps pensé qu’il s’agissait d’une question d’organisation et de délégation. Ce sont bien sûr des sujets essentiels mais ils ne font qu’effleurer la surface du problème.

Compenser l’angoisse

À force d’accompagner les vignerons dans leur développement commercial, j’ai compris ce qui les pousse à se noyer dans cette hyperactivité quotidienne. Ils sont anxieux. Souvent de façon diffuse et inconsciente. Mais ils portent en eux une inquiétude sourde qu’ils tentent de museler en posant une multitude d’actions aussi désordonnées qu’inefficaces.

Ils souffrent d’un sentiment d’urgence qui les amène à créer leur propre cercle vicieux : plus ils ont peur, plus ils passent d’un dossier à l’autre sans rien approfondir, générant ainsi un surplus d’angoisse. Trouver un restaurateur ou un caviste, ouvrir une chambre d’hôtes, organiser un drive en quelques jours pour faire face au confinement, convaincre un importateur, tenter de vendre en ligne alors que le site Internet fonctionne mal, etc.

Ils obtiennent de bien maigres résultats et s’épuisent à vouloir trop en faire. Combien de professionnels du vin ne dorment-ils plus la nuit ?

Insomnies du vigneron

La ronde des contraintes

En réalité, et c’est le secret que je voulais partager ici, une telle angoisse s’apparente à un stress post-traumatique.

En effet les métiers du vin ont subi bien des attaques au cours des dernières décennies : contraintes administratives, contraintes salariales, contraintes législatives, contraintes climatiques et les dernières en date, les contraintes sanitaires liées à la Covid-19.

Au fil du temps, l’anxiété s’est installée dans la durée. Elle nécessite une adaptation sur le long terme, une réaction non pas ponctuelle mais permanente. Cette succession d’émotions trop fortes crée les symptômes du stress post-traumatique et laisse son empreinte dans les corps sursollicités.

Tu cours après le temps depuis des années sans réussir à te poser ? C’est sans doute que tu souffres d’un excès d’anxiété lié à un environnement professionnel trop contraignant.

Alors, comment t’en libérer ?

En finir avec le stress

Je te propose ce que j’appelle un « nettoyage physique » de ton stress passé afin de retrouver ta sérénité et être capable d’agir avec justesse dans le présent. Pour qu’à l’avenir, tu puisses te concentrer sur les 20% d’actions qui génèrent 80% de tes résultats. Et non l’inverse ! Pour définir et adopter une stratégie claire qui te permette d’entreprendre avec succès.

Pour répondre à la demande de nombreux professionnels du secteur, j’ai fait appel à un thérapeute canadien certifié et créé deux nouveaux modules dans le club 20 :

  1. Un module « bien dormir » offrant une solution simple pour retrouver le sommeil en quelques jours, sans aucun médicament ;
  2. Un module « guérir physiquement de l’excès de stress » grâce à une série d’exercices corporels élémentaires, sans la moindre psychanalyse.

Voilà un préambule utile à tout changement positif.

Tu souhaites aller plus loin ?

Et si nous faisions le point sur ta situation commerciale et tes perspectives de vente en France et à l’export ?

Prends rendez-vous dès aujourd’hui pour une session stratégique. Ce lien te donne un accès direct à mon agenda.

Stress post-traumatique… Certains diront que le terme est excessif. Mais reconnaître la difficulté, c’est commencer à la régler. Bien que les professionnels du vin aient été terriblement maltraités ces dernières années, aucun syndicat, aucune interprofession ne pose le problème sous cet angle. Qu’en penses-tu ?

À très vite !

Cheers,

Galatée