fbpx

Les canettes ? Horreur ! Pour toi, elles évoquent peut-être les sodas trop sucrés ou les bières bas de gamme. L’emballage a pourtant suscité bien des discussions lors du dernier salon ProWein. Est-il possible que le vin en canette offre de bonnes opportunités aux vignerons ? Prenons la peine d’y réfléchir le temps d’un article…

La canette, un emballage bien inhabituel

La toute première objection à propos du vin en canette est donc liée à l’image négative qu’il véhicule. Les grands amateurs de vin diront qu’il est bien difficile d’imaginer un Grand Cru dans un tel contenant. La bouteille traditionnelle se plie à tant de codes ! La forme, pour distinguer un Bordeaux d’un Bourgogne ; le verre vert pour protéger le vin des UV ; la qualité du matériau ; la grande bataille entre bouchons de liège et bouchon à vis, etc. Alors les canettes…

Sans compter les détracteurs craignant une contamination : « Et si le vin prenait le goût de métal ? » Oui, là, c’est certain, nous ne sommes plus très loin du sacrilège !

Il paraît évident que le vin en canette n’est pas adapté à certains marchés : en Europe ou aux États‑Unis, c’est déjà une tendance dépassée. La vérité est que je m’y intéresse depuis longtemps. J’y ai investi en Afrique, région plus ouverte à ce conditionnement. L’Inde et le centre de la Chine sont également d’autres cibles au potentiel attrayant.

Un autre type de canettes

Les canettes sont bien sûr toutes dotées d’un revêtement intérieur protégeant le vin de tout contact avec le métal. Mais ce revêtement contient généralement du bisphénol A, perturbateur endocrinien aujourd’hui interdit en Europe. Malgré la réglementation, il pourrait arriver qu’un beau jour, un syndicat de consommation révèle des analyses positives dans les canettes de soda, de bière ou tout autre boisson vendue de cette manière. Ce serait un vrai scandale, et le vin premium n’a nul besoin d’une telle publicité.

J’ai déjà mentionné mon attachement à l’écologie responsable, aux prises de conscience simples menant à des actions réalistes et concrètes. Sans culpabilisation ni angoisse inutile.

Depuis 3 ans maintenant, je développe des contenants plus sains et respectueux de l’environnement, au format comparable à celui des canettes, et ce, en collaboration avec un grand groupe écoresponsable. Il s’agit de dossiers très techniques aux données confidentielles. Je peux difficilement en dévoiler davantage.

Cependant, chaque année, j’accompagne dans cette voie un ou deux vignerons premium par grande région (Europe, Afrique du Sud et Australie). Crois-moi, c’est une démarche porteuse d’avenir et les distributeurs se battent pour en obtenir l’exclusivité !

Tu aimerais rejoindre ces quelques personnes qui auront bientôt 10 ans d’avance sur leurs concurrents ? Pour partager ces informations confidentielles, nous avons créé le Club Mini Format. Prends rendez-vous, je t’attends !

A bientôt,

Galatée