fbpx

« Ne mange pas ça ! Ne bois pas trop ! Bouge plus ! » Les injonctions martelées par le monde actuel ne manquent pas. C’est ainsi qu’est née la mode du vin sans alcool. Que faut-il en penser lorsque l’on est un vigneron talentueux, défendant son identité et son savoir-faire ? C’est l’un des sujets mis en valeur lors du dernier salon ProWein. Faut-il investir dans la désalcoolisation ou tout autre procédé permettant de diminuer la teneur en éthanol de son vin ?

Comment diable produit-on un vin sans alcool ?

L’alcool apparaît dans le vin à mesure que les levures consomment le sucre du moût pendant la phase de fermentation. C’est donc ainsi, entre autres étapes délicates, que l’on passe du simple jus de raisin au breuvage immémorial que nous connaissons et apprécions.

Sous la pression du marketing, certains fabricants proposent désormais des vins sans alcool à destination des femmes enceintes, des personnes diabétiques et de tous ceux à qui l’alcool est interdit ou qui refusent d’en consommer. Ces producteurs parviennent à l’extraire de leur vin au moyen de procédés plus ou moins efficaces et sophistiqués. Ils peuvent également agir en amont, en introduisant des levures à faible rendement, voire en partant d’un moût moins sucré.

De nombreux chercheurs tentent d’améliorer ces méthodes de désalcoolisation car l’opération ne semble pas si simple. Évidemment ! L’alcool est l’un des constituants majeurs du vin !

Alors la question se pose…

Un vin sans alcool, est-ce encore du vin ?

Si tu es vigneron, tu sais qu’un bon vin présente un équilibre subtil entre acidité, accroche tannique et onctuosité. L’alcool amène ce côté moelleux indispensable ; sans lui, le vin devient agressif et astringent. Il n’a plus de structure.

Alors, ma réponse vient du cœur : Non ! Le vin sans alcool n’est pas du vin. C’est une abomination créée par un système moribond, au même titre que l’industrialisation de la nourriture ou l’abrutissement des jeunes dans le circuit scolaire. C’est un mensonge de plus.

L’alcool présent dans le vin est porteur d’une harmonie et de tous les parfums captés par l’art du vigneron et l’histoire de ses terres.

Le corps humain lui-même produit de l’alcool. Certaines personnes sont même contrôlées positives à l’alcootest sans avoir bu ! Et lorsque la substance devient toxique, pourquoi ne pas la remplacer plutôt par des alternatives saines et naturelles comme l’eau ou les jus de légumes frais ?

Le vin sans alcool n’a pas d’avenir. Pas plus qu’un virus rejeté par son organisme porteur. Gardons notre bon sens ! Le monde actuel évolue et refuse les mensonges, les aberrations et autres contre-vérités.

Si tu m’as lue jusqu’ici, c’est que tu aimes ton vin. Tu défends un certain art de vivre et de produire, ancestral et authentique. Je te propose d’utiliser la magie d’Internet pour renforcer cette culture du vin dans le respect de ses fondamentaux. In Vino Veritas ! Rejoins-nous !